Ligne de Pont de Vaux à Fleurville


Introduction

Pour se relier à sa gare du PLM , située sur la commune de Fleurville, la municipalité de Pont de Vaux déclara d'utilité publique la construction d'une ligne de chemin de fer en Juin 1897. Elle en concéda la construction à un concessionnaire. L'ouverture fut retardée par la construction d'un nouveau pont sur la Saône en remplacement du pont suspendu. La courte ligne à voie métrique de 5 Km, dont 3Km850 dans le département de L'ain et 1Km150 en Saône et Loire pût enfin être ouverte en Décembre 1900, avec la création de la Compagnie de Chemins de Fer de Pont de Vaux à Fleurville ( PVF ). Tout fût construit à l'économie:armement de la voie léger, gare commune à Pont de Vaux avec la Cie des Chemins de Fer économiques du Sud-Est ( ESE )qui exploitait une ligne de Trévoux à St Trivier de Courtes depuis 1898...Des difficultés financières firent que le transbordement pour les marchandises, prévu à Fleurville ne fût pas réalisé. La gestion de la ligne fût reprise en 1909 par la Cie ESE, puis par la commune de Pont de Vaux en 1911. Un projet de raccordement avec le réseau de Saône et Loire , de Macon à Fleurville, et aussi la construction des installations de transbordement avec le PLM, furent continuellement repoussés à cause du conflit de 1914. Sans liaison ave le PLM, le transport de marchandise était très faible, et devait en plus supporter la concurrence des péniches du canal de la Reyssouze. En 1920, l'exploitation fût reprise par une régie départementale, et le projet de raccordement avec le réseau de la Cie de S et L réapparût. Mais le département voisin, lui aussi en difficultés avec ces lignes, manifesta peu d'intérêt. De plus, le matériel du PVF était équipés d'attelages incompatibles avec les deux autres réseaux. Les trains assuraient la correspondance avec le PLM en gare de Fleurville.Le trajet jusqu'à Pont de Vaux durait entre 17 et 20 minutes.Le remplacement des locomotives par de automotrices permit de gagner un peu de temps, mais ne put concurrencer les autocars. En 1938, le matériel fut vendu et ferraillé, et la voie déposée. (Renseignements tirés du livre d'Henri Domengie:" Les tramways de l'Ain" aux éditions Cabri )

Photo suivante

Retour page d'accueil